Croquelismots

Croquelismots

Qui frappe à la porte ?

La maison est au milieu d'un pré, entourée d'une brume ouatée comme un léger filet de lait de coco. Dessinée en pointe de flèche, elle semble être en guerre tout en tentant de s'élever vers le ciel. Dans ce cocon blanc et vert, elle apparait comme une sculpture effrayante pour faire fuir les curieux. Deux cheminées blanches se font face de chaque côté du toit, elles montent la garde des flancs de montagne qui se trouve derrière. La façade est marquée par des scarifications en forme de croix et par des traits parallèles marrons. Ce peut être aussi des cicatrices d'un précédent combat tribal. Au total dix fenêtres sont visibles sur le devant. Elles sont réparties de manière symétrique. Plus le regard s'élève et plus la taille de ces fenêtres diminue pour finir en petits carrés à la pointe du toit. Vus de loin, ces croix et ces cubes composent le dessin parfait d'un boubou de femme. Cependant, la couleur de ces signes tranche avec le visage pâle de la façade et les rend ainsi moins chaleureux que ce bout de tissu. Cette maison imposante doit être celle du chef du village. Elle est assez grande pour accueillir l'homme, ses dix épouses et tous ses enfants. A l'intérieur il y a certainement une immense pièce pour la cuisine derrière une des grandes fenêtres du bas. Cette pièce est surmontée d'une des deux cheminées qui veille a évacué les fumées de tous les plats cuisinés par la première épouse. C'est là que que la famille partage le poulet Yassa. De l'autre côté, se trouve la salle du conseil où le chef prend ses décisions et donne des consultations. Les quatre carrés du dessus doivent correspondre à la salle des gardes, juste au-dessus de l'entrée. Cela leur donne une meilleure position de tir à bonne distance pour envoyer des lances. Les derniers petits cubes du haut sont réservés aux observateurs, "aux scrutateurs d'horizon" qui passent leur journée à identifier et à interpréter la couleur du ciel et des montagnes alentour. Ils doivent y déceler des signes d'ennemis ou donner des informations au marabout de la maison. Ce dernier doit utiliser la deuxième cheminée, celle de droite, pour y faire ses incantations et rites Vaudou. Le petit orifice au centre de la maison, doit servir d'entrée principale. Il est entouré de pierres massives, indestructibles par le feu et le fer. C'est une porte rectangulaire marquée par un trait de peinture de guerre verte. Au-dessus, se trouve un petit arc de cercle qui lui donne la forme d'une bouche. Cette entrée est si sombre qu'elle donne l'impression au passant que s'il tente le passage, il sera mangé tout cru à la place du poulet.

 

Elisabeth FREUND-CAZAUBON. 

 

De quelle origine est la personne qui décrit de cette manière une simple maison du Pays Basque? Allez à votre souris pour découvrir ce voyageur du jour!



15/11/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 104 autres membres