Croquelismots

Croquelismots

Trois visions pour un tableau

 

 

 

Artiste DianaQ.

 

VISION LOINTAINE

 

La lumière est faible, il fait nuit. Mon regard vagabonde au milieu des couleurs vives.

A droite du tableau apparaît le visage d’un monstre rouge endormi. Il est de profil et son nez est proéminent. Sur sa joue, un tatouage bleu représente un arc de lune couché sur le ventre. Sa bouche fine est fermée ; elle se confond avec le menton. Je suis les courbes des yeux fermés et du menton : elles s’opposent. Elles coupent le visage en trois parties distinctes. En inclinant la tête vers la gauche, elles m’apparaissent comme trois petites montagnes : le mont culminant positionné au centre avec la trace bleutée d’un névé.

Le monstre a des tâches bleues sur tout le milieu du visage comme des dessins de tâches de rousseur. Derrière lui, le haut d’un cœur dépasse de son nez. C’est un cœur bleu, d’un bleu turquoise profond. Tout à fait à la gauche du tableau, on aperçoit une forêt vierge, trois tâches rouges alignées verticalement comme trois petites gouttes de sang.

Au-dessous du menton, une bande orange part du cou vers la forêt, son extrémité est recourbée vers l’intérieur comme une langue de dragon. Je n’arrive pas à détacher mes yeux de cette langue orangée : qu’est-elle en train de dévorer ? Des lutins ? Des fées ? Ou peut être les mauvais cauchemars des nuits passées ?

 

VISION DE PRES

 

De petits pétales virevoltent sur tout le tableau. Ils traversent des zones vert-émeraude, rouge, gris, marron… La masse bleue turquoise au centre est recousue à trois endroits distincts : une finition de haute couture avec trois ronds rouges brodés à l’or fin.

En haut, une succession de lignes noires et grises comme des vagues. Elles jouxtent des écailles de couleur marron ou peut-être est-ce des tuiles ? Un rond gris est entouré par une étoile jaune et elle-même d’un carré. Je passe d’une forme à une autre. Le vert émeraude semble être un linceul recouvrant des visages dont on ne devine que le nez. Les tâches rouges constituent un satellite. Et je me perds dans le rameau à sept feuilles. La lame de fond marron me repousse inlassablement vers le haut du tableau.

 

VISION FULGURANTE

 

Rouge, vert, bleu.



05/04/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 104 autres membres